BORDJ EL WEB - Vous êtes chez vous

LE CARREFOUR DES CAVALIERS
 
PortailPortail  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L’exil de notre matière grise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
slim

avatar

Nombre de messages : 37
Age : 45
Localisation : ROUEN
Date d'inscription : 22/09/2007

MessageSujet: L’exil de notre matière grise   Jeu 3 Jan - 5:20



Ces malheureux Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad




Le Maroc est-il devenu la nouvelle destination préférée pour les compétences algériennes ? Pour gérer d'importants projets d'infrastructures actuellement en chantier, les entreprises marocaines recrutent massivement des ingénieurs algériens. Parmi eux : Amir. Il vient d'être embauché par le bureau d'études koweitien TEM pour la maîtrise d'œuvre du projet de l'autoroute entre Marrakech et Agadir (200 km), l'un des plus importants chantiers actuellement en cours au Maroc.

A 35 ans, cet ingénieur en travaux publics ne regrette pas son choix d'émigrer au Maroc. Le salaire y est conséquent : près de 2500 euros par mois. Soit quatre fois le salaire qu'il percevait en Algérie quand il travaillait comme haut responsable au sein d’un groupement d’entreprises locales sur le projet de l'autoroute est-ouest. Mais, pour Amir, la rémunération n'est pas la seule motivation. Il a été attiré par « le cadre de vie et les conditions de travail meilleures qu'en Algérie », explique t-il.

Malgré ses dix ans d'expérience sur les chantiers algériens, Amir découvre au Maroc une autre façon de travailler, avec une meilleure organisation et le respect des contrats. Après trois mois de travail, aucun ministre n'est venu visiter son chantier. Une absence qui n'est pas due au manque d'intérêt des ministres marocains pour cette autoroute, mais pour un ingénieur algérien habitué aux visites du chef de chantier et ministre Amar Ghoul, cela étonne.

Amir explique : « au Maroc, les études sont ficelées et les projets maturés avant le lancement des travaux. Le contrat est respecté dans sa totalité. Les avenants sont exceptionnels, sinon inexistants. Le travail est basé sur l'organisation et non sur les réunions et les visites. En Algérie, les études sont bâclées et les projets ne sont pas maturés avant le démarrage des travaux ». Résultat : des retards considérables et des révisions de coûts à répétition.
En fait, les groupes étrangers ont compris le système algérien : pour décrocher les contrats, ils surestiment les offres commerciales et réduisent les délais de réalisation pour plaire aux autorités qui veulent réaliser rapidement, mais à tout prix des projets colossaux.

Dans le royaume de Mohamed VI, Amir a retrouvé des camarades de promotion de l'École nationale des Travaux Publics (ENTP) d’Alger, la seule à former des ingénieurs dans ce domaine en Afrique. Depuis une année, au moins une dizaine d'ingénieurs de sa promotion ont rejoint le Maroc pour y travailler dans les autoroutes et les chemins de fer.

A l’image de Farid, 34 ans, qui s'est installé avec sa femme et ses deux enfants à Tanger au bord de la Méditerranée. Il s'occupe du suivi des travaux de la ligne de chemins de fer de 45 km entre Tanger et Port Med, la plus grande plate forme portuaire du Maroc.

Grâce à son nouveau travail, Farid a non seulement quintuplé son salaire, mais il apprend de nouvelles méthodes de travail. « Le Maroc applique à la lettre les normes françaises, ce qui n'est pas le cas chez nous où le politique intervient dans la conception et la réalisation des infrastructures de base. Le royaume paie bien ses ingénieurs. Les débutants commencent avec un salaire équivalent à 900 euros en plus de la voiture de service, du téléphone, etc.», déplore t-il. « Notre ministre ferait mieux d'envoyer ses cadres pour une formation au Maroc », suggère Farid.

Pendant que les techniciens algériens émigrent au Maroc, l'Algérie fait appel massivement aux expatriés pour réaliser ses grands projets d'infrastructures estimés à plus de 100 milliards de dollars. Pourtant, avec un système de formation basé sur les grandes écoles, calqué sur le modèle français, l'Algérie a formé des milliers d'ingénieurs et de techniciens dans différents métiers techniques. Mais elle peine à leur offrir du travail.
Revenir en haut Aller en bas
jinterdits

avatar

Nombre de messages : 121
Date d'inscription : 03/06/2007

MessageSujet: Oui   Jeu 3 Jan - 6:54

Slim ton sujet sa place est ici dans forum "toute l'Algérie" et non "Photo de la semane" en tout c'est fait.ok,
Revenir en haut Aller en bas
slim

avatar

Nombre de messages : 37
Age : 45
Localisation : ROUEN
Date d'inscription : 22/09/2007

MessageSujet: Re: L’exil de notre matière grise   Jeu 3 Jan - 7:12

Merci mon amis je m'excuse pour cette gaffe
Revenir en haut Aller en bas
Lynda

avatar

Nombre de messages : 290
Localisation : jamais chez moi
Date d'inscription : 03/07/2007

MessageSujet: Re: L’exil de notre matière grise   Jeu 3 Jan - 12:15

Plus rien à rajouter, l'article dit tout !!
Déplorable pour le pays wallah !

PS/ Merci d'indiquer la source des articles.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tujya.fr.gd
slim

avatar

Nombre de messages : 37
Age : 45
Localisation : ROUEN
Date d'inscription : 22/09/2007

MessageSujet: Re: L’exil de notre matière grise   Jeu 3 Jan - 12:49

Bonsoir,

Pour vous ma soeur ci-joint l’adresse de site d’où j’ai pris l’article.

http://www.toutsurlalgerie.com/

Vous pouvez par la même occasion donnée votre avis sur ce phénomène.

A bientôt
Revenir en haut Aller en bas
Lynda

avatar

Nombre de messages : 290
Localisation : jamais chez moi
Date d'inscription : 03/07/2007

MessageSujet: Mon avis?   Jeu 3 Jan - 13:24

Oui, merci !

j'ai dit qu'il n'yavait rien a rajouter et que l'article à tout analysé.

Les temoignages expliquent bien les raisons, qui vont des salaires aux conditions de travail !
Pour ma part, je pense qu'en effet les nouveaux cadres peuvent manquer de competence (je vous laisse deviner pourquoi) mais ce n'est pas une raison pour les marginaliser, au contraire leur donner la chance de travailler chz eux et servir leur pays .. Au lieu de dépenser des millions pour payer les etrangers, il faudrait assurer des formations pour nos jeunes et investir dans les nouvelles techniques et méthodes, ensuite assurer un salaire déscent pour nos cadres pour les motiver !

Les raisons pour le manque de compétence est encore une fois la manque de motivation, sont peu nombreux les étudiants qui se forment en parallele des cours universitaires, ceux qui le font, sont motivés par l'étranger !

Donc voilà, c'est un serpent qui se mord la queue....

J'espere que j'ai dit quelque chose de sensé, parceque c'est un bon paquet de mots là !!

Tous pour une Algérie meilleure cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tujya.fr.gd
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 574
Localisation : Bordj
Date d'inscription : 03/06/2007

MessageSujet: UNE CHOSE.   Sam 5 Jan - 15:32

Je travaille dans le secteur de batiment et je connais pas mal de 'ingenieurs" dans le secteur mais mes quand j'apprend qu'un juene ex-étudiant ,présent ingénieur et future cadre de l'algérie répéte la phrase qui a poussé le pays dans l'oued, excusez moi nous travaillons pour enrechir les étranger et pas notre pays...nous n'aimons pas notre pays.

Le future cadre qui dit: "Ta3 eddoula, machi ta3i" et d'autres disent ce que disaient les anciens qui ont participé à la destruction de l'Algérie (parce que ya pas que le pouvoir): "TA3 EL BAYLEK".
Là je reprend mon aspirine et je recommence mon rêve.
a+
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bordjmenaiel.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L’exil de notre matière grise   

Revenir en haut Aller en bas
 
L’exil de notre matière grise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Matière grise
» DANSE MACABRE de Stephen King
» [Questions et aide] Economie et Sociologie
» Jeux vidéo : Super Mario développe la matière grise du cerveau
» J'aime la bouillie de matière grise.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORDJ EL WEB - Vous êtes chez vous :: Bouillon de culture :: Algérie actualités-
Sauter vers: